CERCLE ARTISTIQUE DE LUXEMBOURG

EXPO PRINTEMPS DESCRIPTION


L'Exposition Printemps du Cercle Artistique de Luxembourg (CAL) se tiendra du 12.03.2022 au 20.03.2022 au Tramsschapp à Luxembourg-Limpertsberg

L'Exposition Printemps du CAL est une exposition d'art contemporain avec le sujet FAUX PAS, organisée par le curateur Roland Herrmann.

Cet évènement offre une vue d'ensemble sur la création actuelle du Luxembourg et réunit plus de 70 artistes, dont des membres du CAL, des jeunes talents et des personnes de différents ateliers protégés.

Cette exposition est ouverte aux divers domaines des arts visuels, toutes techniques confondues, sans discrimination de tendances et courants esthétiques, pour autant que les œuvres répondent à des exigences de qualité artistique, de recherche, d'innovation et d'originalité.


logo

FAUX PAS→ English version

Le faux pas porte de nombreux noms : gaffe, bourde, gaucherie, peccadille - mais peu importe le nom qu'on lui donne, rien ne provoque autant d'embarras immédiat et d'hilarité différée qu'un acte ou une remarque socialement maladroite ou inappropriée.

L'expression française faux pas est utilisée en anglais depuis la fin du XVIIe siècle. D'un point de vue étymologique, l'expression désigne un faux pas de danse - et faire un faux pas dans les spectacles hautement chorégraphiés et chronométrés de l'époque aurait certainement fait lever plus d'un sourcil de dérision.

Aujourd'hui, cependant, l'expression peut être utilisée dans une gamme beaucoup plus large de contextes et lorsque nous disons que quelqu'un a fait un faux pas, nous voulons simplement dire qu'il a fait une gaffe sociale ou culturelle.

Selon Jacques Lacan, le faux pas s'inscrit également dans le cadre du développement pédopsychologique et de l'intégration du "Nom-du-Père". Le concept de Lacan du "Nom-du-Père" désigne les lois et les restrictions qui contrôlent le désir et délimitent en même temps les dictats et les conventions sociales qui permettent d'avoir des relations sexuelles.
Ce n'est que par l'acceptation du "Nom-du-Père" qu'on est capable d'entrer dans une communauté d'autres personnes.

De ce point de vue, le faux pas est étroitement lié au Freudian slip, dans lequel l'acceptation du superego des dictats imposés par le "nom du père" est une condition préalable à la réalisation de l'identité sociale.

Par conséquent, le risque de commettre un faux pas souligne l'importance d'apprendre les normes de comportement culturellement acceptables. L'absence de cette conscience culturelle peut provoquer des offenses, détruire des relations ou même ruiner des carrières.
C'est pourquoi le Premier ministre canadien Justin Trudeau a été appelé à s'excuser pour sa faute sociale. Trudeau a été appelé à s'excuser pour son faux pas social consistant à s'approprier les cultures minoritaires en arborant à l'occasion des coiffes des Premières Nations du Canada ou des vêtements du Nouvel An chinois.

En revanche, les gaffes sociales peuvent aussi avoir un effet attachant, comme lorsque l'ex-première dame Michelle Obama enfreint l'étiquette royale et embrasse la reine Elizabeth II au lieu de lui donner la "poignée de main polie" obligatoire".
Ou cela peut conduire à ce que les Allemands appellent Fremdschämen, le sentiment d'inconfort et de maladresse, parce qu'une autre personne a créé une situation embarrassante, comme lorsque Gerhardt Schröder tente d'allumer la flamme d'un mémorial de l'Holocauste en Israël, mais tourne l'interrupteur dans le mauvais sens et éteint le feu.

Ces moments d'égarement peuvent être atroces pour les personnes impliquées, mais en même temps, ils les rendent humains, approchables.

Si le fait de commettre un faux pas peut ainsi entraîner une perte irréversible de la face et une honte immédiate, un faux pas peut également être considéré comme une opportunité de croissance et d'apprentissage.
Toute innovation nécessite de s'écarter des conventions. Si nous suivions tous rigidement le chemin bien tracé, nous ne tomberions peut-être jamais de la falaise, mais nous ne découvririons pas non plus la beauté cachée de la terra incognita.

Roland Herrmann


A Faux Pas→ Version française

The faux pas goes by many names – gaffe, breach of etiquette, gaucherie, peccadillo – but whatever you want to call it, hardly anything causes as much immediate embarrassment and deferred hilarity as a socially awkward or improper act or remark.

The French phrase "faux pas" has been in use in English since the late seventeenth century. Etymologically the expression referred to a "false dance step" – and taking a false step in the highly choreographed and minutely timed dances of the period would certainly have caused many an eyebrow to rise in derision. Today, however, the phrase can be used in a much wider range of contexts and when we say that someone has made a faux pas, we simply mean that they have made a social or cultural blunder.

According to Jacques Lacan, the faux pas can also be seen within the context of paedopsychological development and the integration of the 'Name-of-the-Father.' Lacan's concept of the 'Name-of-theFather' denotes the laws and restrictions that control your desire and simultaneously delineate the social dictates and conventions that permit you to enter language and social interaction. Only through acceptance of the 'Name-of-the-Father' are you able to enter into a community of others and actualize your social self.

In this view, the faux pas is closely related to the Freudian slip, in which the superego's acceptance of the dictates imposed by the 'Name-of-the-Father' is spontaneously undermined by unconscious impulses that ultimately might reveal your true but socially unacceptable desires and motives.

Hence, the danger of committing a faux pas underscores the importance of learning about culturally acceptable norms of behaviour. A lack of this cultural awareness may cause offense, destroy relationships or even ruin careers. This is why Canadian Prime Minister Justin Trudeau was called upon to apologize for his social misstep of appropriating minority cultures when on occasion donning Canadian First Nations headdresses or Chinese New Year attire.

In contrast, social gaffes can also have an endearing effect, such as when former first lady Michelle Obama breaks formal royal etiquette and hugs Queen Elizabeth instead of giving her the mandated "polite handshake." Or it can lead to what the Germans Fremdschämen, the feeling of uncomfortable awkwardness, because another person has created an embarrassing situation, such as when Gerhardt Schröder attempts to turn up the flame at a Holocaust Memorial in Israel, but turns the switch the wrong way and extinguishes the fire. These moments of errancy might feel excruciating to those involved but at the same time make them seem human, relatable.

While committing a faux pas can thus lead to irreversible loss of face and immediate shame, taking a wrong step can also be seen as an opportunity for growth and learning. All innovation requires a departure from conventions. If we all rigidly followed the well-trodden path, we might indeed never fall off the cliff, but neither would we discover the hidden beauty in the terra incognita.

Roland Herrmann